Festival Trenet de 2008 à 2010

2008 - 2009 - 2010

 

L'idée vint un jour au printemps 2008 ...

 

  Reprendre l'idée d'un homme qui, musicien jusque dans l'âme "vibrait" à l'idée de concrétiser un tel projet sur la ville de Narbonne depuis plus de 30 ans.

Ce fût chose faite, avec lui dès l'été 2008 !

Puis l'Artiste disparut, et laissa la place à la production...

 

Festival-Trenet-texte-d-origine--efface-apres-2010-.jpg

 

  Pendant 3 années, soulevant des montagnes (autres barrières et pots de fleurs, ...) passant même l'aspirateur dans les loges, sur la scène, en plus de faire la régie générale, et même de servir à boire 

Préparant les discours des officiels, les textes des programmes et leurs éditos (dans l'ombre), jusqu'aux fiches pour le présentateur vedette....

Planifiant la soirée, le "timing" au plus juste, établir "le conducteur".

Faisant même le chauffeur "de salle", distribuant gadgets et autres tee-shirts au public, micro à la main.

 

Contactant agents, producteurs, artistes, régisseurs, riders, planifiant les arrivées, les départs, … Conduisant les artistes de l'aéroport jusqu'aux loges, s'occupant de la gestion technique, de la sécurité, des badges, bracelets et autres habilitations presse, ... S’occupant aussi du montage de la scène au péril de sa vie 

 

Accompagnant les artistes, faisant « le guide touristique » improvisé dans notre belle cité Narbonnaise. Dînant parfois jusqu’à l’aube, pour partager ces instants de « privilège » certes, mais aussi et surtout de construire, négocier, élaborer et soumettre de nouvelles idées de collaborations.

 

Aller jusqu’à Paris, dossiers à la main, d’une radio à l’autre, chercher un partenaire, préparer l’entretien de l'élu, qui va être déterminant pour avoir une subvention régionale où celle d'un mécène Parisien, …

 

  Du positionnement sur le papier à l'installation des chaises avec les services techniques, et même de l'affichage de dernière minute, voir du collage d’affiche ; ou encore de la conception des billets, jusqu'aux contrôles à l'entrée. 

 

De formuler les vœux d'une "direction artistique" cohérente, culturelle, digne de la chanson francophone, à qui, Trenet a su donner de la joie, de la vie et de la variété … parfois être en réel désaccord, mais en persistant pour proposer des noms comme :

Tina Arena, Daniel Lévi, Francis Lalanne, Francis Cabrel, Juliette, Axelle Red, Véronique Sanson, Cœur de Pirate, La grande Sophie, Lynda Lemay, Alexis HK, Mickey 3D, Christophe Maé, Agnès Bihl, Corneille, Emmanuel Moire, M, Grand corps malade, Sanseverino, Tryo, Jeanne Cherhal, Bénabar, Renan Luce, Amadou et Mariam, Amélie-les-crayons, Cali, Tété, Miossec, Zazie, Mademoiselle K, Youssou N’dour, Yves Duteil, …

 

Au-delà, et grâce aux éditions Raoul Breton, s’entourer de partenaires comme la SOCAN, de personnes comme Daniela Lumbroso (productrice de"Paris -Québec sous les étoiles"), Michel Drucker (DMD prod) ... du Comité International de la Francophonie, ou encore du CML, …

Etablir un dialogue, un pont grâce à la musique entre toutes ces cultures, nos valeurs,… Sans refaire les Francos (!!) juste poser les bases d’un Festival plus restreint, convivial, sensible, ….saupoudré de mots et de notes !

 

Réunir, jeunes et moins jeunes au sein d'un même public !

 

Guidant les choix vers des "incontournables" comme les éditions Raoul Breton qui (c'était évident) sauraient écouter, prendre le temps mais aussi convaincre et faire parler de ce "petit festival".

En faire avec eux, main dans la main, un « Festival » des musiques de toutes les variétés de la Francophonie, célébrant, les auteurs, les musiciens, les artistes, les compositeurs, leurs interprètes...leurs textes, leurs mots, leurs mélodies, …

Mettant en valeur ceux qui devraient être au "top", mais qui, croqués par le consumérisme médiatico-pulaire(iste), ne sont jamais sur le devant de la scène, ou si peu ; et parfois hélas, à défaut, pas pour leurs chansons...

 

Un festival de la jeunesse qui se tourne vers ceux qui ont fait de la chanson Francophone un patrimoine culturel mondial...une richesse qui nous guide dans nos moments de tristesses et nous accompagne aussi dans nos moments de joies.

 

  C'est là qu'était le cœur de "mon festival à moi" : gérer, contre vents et marées, avec les éditions Raoul Breton (dont personne ne voulait au début  à par moi)... par-dessus tout …

 

  Gérer aussi le prix SACEM/Trenet, mon graal, ma gloire, ma fierté !

Sélectionner, écouter, faire un premier choix, guider, accompagner ces jeunes artistes : y croire et le faire partager au plus grand nombre !

Les suivre après le Festival, comme un père qui suit son fils jusqu’à ce qu’il sache marcher tout seul !

 

Tel était ma quête…tel était « est » mon métier !

 

Avec les artistes du Prix sacem Trenet 2009

L'une de mes plus belles récompenses professionnelles

Ce(ux) pourquoi je me battais pour que le Festival Trenet

soit un véritable évènement culturel d'envergure.

 

L'indépendant - 22 Août 2010

La "consécration" en 2010...ou une erreur du journaliste  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :